Intrigantes cartes à jouer !

Publié le par Louise Eugénie

Intrigantes cartes à jouer !

Enquête..

 

C’est par le courrier de l’après midi que les cartes lui sont arrivées. Dans une enveloppe bleue postée de Brooklyn, la veille. Son nom, écrit à la main était bien orthographié et le numéro de son bureau au septième étage du New York Times était exact. Il y avait juste une erreur, toujours la même, elle n’était pas, Madame la rédactrice du service des enquêtes criminelles mais Mademoiselle le rédactrice. Elle y tenait. Qu’un homme ne l’est pas soumise, qu’elle ait pu malgré les embûches, les trahisons, les préjugés sexistes garder son indépendance et poser son autorité professionnelle, étaient une de ses plus grandes fiertés et son combat de chaque jour. Pendant les années de guerre, elle avait accompagné les troupes américaines lors du débarquement et durant toute leur traversée de l’Europe jusqu’en Russie. Ses reportages courageux, ses engagements passionnés, son écriture limpide et sans concession lui avaient apporté une crédibilité et une notoriété qui avaient fait taire tout autant les sceptiques et les ironiques de la profession que les lecteurs rétrogrades. Revenue à New York, on l’avait sollicité à ce poste rédactionnel d’enquêtes criminelles, et cela l’amusait. Pour l’instant. Rudolph Lanster qui avait été son amant quelques jours, l’accompagnait sur les scènes de crime et prenait les photos. Il en profitait régulièrement pour, à la sauvette, lui voler le cliché d’un sourire, d’un regard, d’un geste. Elle s’en amusait, et quelquefois, elle croisait un peu haut ses jambes, assise devant lui juste pour le provoquer un peu.

Dans l’enveloppe bleue, il y avait trois cartes, 3-4-5 de carreau et une feuille blanche où était inscrit : Jordan Smith en lettres majuscules à l’encre rouge. Rien d’autre. Elle sortit d’un tiroir de son bureau, trois enveloppes bleues identiques, qu’elle avait numéroté par ordre d’arrivée. Dans la première, le valet de pique et une feuille blanche avec : midi, tracé en lettres rouges, en son centre. Dans la seconde, le roi de cœur et sur la feuille blanche : 42 ème rue, écrit en rouge. Dans la troisième, une dame de cœur, et de la même encre rouge sur la feuille blanche : Chelsea Hotel.

La feuille reçue ce jour était enfin plus explicite puisqu’elle portait le nom du cadavre retrouvé la semaine dernière dans la tête de la statue de la liberté. Malgré tout les indices étaient minces, mais visiblement on voulait la faire participer à cette enquête, on lui demandait. Il allait bientôt être midi.

Elle prit son manteau et en montant dans le taxi, elle indiqua, 345 sur la 42 ème rue, s’il vous plaît. Après tout il fallait bien commencer par quelque chose... Le 345 étaient un immeuble vétuste. A coté clignotait l’enseigne d’un restaurant italien. Elle rentra dans le hall.
Dès qu’elle la vit descendre l’escalier, elle la reconnut. Elle n’était pas aussi maigre que lors de leur première rencontre à Tours en juin 45, mais toujours gracieuse et élancée. Des boucles brunes encadraient son visage clair et ses yeux brillaient. Elle n’avait aucun doute c’était bien la jeune fille dont elle avait recueilli le témoignage, et dont elle avait accroché la photo sur son miroir à souvenirs. Elle ne pouvait pas oublier ce visage, même si les cheveux qui avaient repoussés le transformaient étonnamment. C’étaient les mêmes yeux hardis qui la regardaient sans ciller, de la même façon qu’elle avait regardé les miliciens, sans frémir, tandis qu’on la tondait et que ces boucles brunes s’éparpillaient au sol.

Elle tenait à la main des enveloppes bleues, les mêmes que celle reçues au New York times, adressées à son nom Marie Charlotte Duval, rédactrice au France- express, bureau de New York.

Qui avait voulu toutes les deux les conduire sur la même piste, qui s’amusait ainsi à faire ressurgir leur passé commun, qui jouait avec elles ? Pourquoi le 345 était-il de retour avec son mystère dangereux et son relent de vengeance.

Le 345, rue de Paris à Tours, là où tout avait commencé.

Louise Eugénie

Publié dans Nouvelle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article