Le camion bleu du livre voyageur

Publié le par Michel Bolla

Le camion bleu du livre voyageur
 
 
 
Le petit camion bleu du Livre voyageur est garé pendant le mois d’août devant le Café Français avec la bénédiction de la mairie de  Surgères.

Ce soir c’est le marché nocturne, (saucisse frites à 6,50euros ). Aurélie, la cuisinière, est devant sa plancha,débordée. Tout va pour le mieux ,si ce n’était pas cette sacrée plancha,bancale ,faute à la rue Bersot qui est en pente.

La queue s’allonge,toujours pas de cale à l’horizon. Elle craque,monte dans le camion prend un livre au hasard. C’est le Lagarde et Michard du 20e siècle. Juste la taille,il va pile-poil sous le pied. La soirée reprend dans la bonne humeur retrouvée.

Je suis indigné : Ce n’est pas que je l’ai beaucoup ouvert ce Lagarde et Michard, mais quand même ça donnait confiance d’avoir les 4 volumes sur le cosy de sa chambre, entre un paquet de Camel et une boîte de 6 Durex toujours pas entamée.

Apollinaire sous le pont Mirabeau, Proust et la maison de tante Léonie, Colette et Saha la chatte, Valéry et le cimetière marin, Saint Saint-Exupéry et son vol de nuit, Malraux: et Jean Moulin...Camus avec Gallimard dans la fatale Facel Vega, Cocteau et jean Marais, Pagnol et sa pomponnette, Bazin et son problème avec sa mère. Mauriac et son bloc-notes,Céline au bout de sa nuit, Montherlant et son ticket plus valable, Beckett qui attend toujours Godot, Sartre et son enfer chez les autres, Yourcenar et son Adrien...

Et j’en passe tellement , des encore connus, des presque plus connus,des disparus à jamais.

Quel est le destin d'un livre ? Être une cale de plancha, moisir sur une étagère, être mis à la déchetterie par nos enfants,allumer un feu ?? Peut-être que ce Lagarde et MIchard ne sortira plus que 2 fois l’an pour le marché nocturne. Mais à présent ,plein de taches de graillon, ne le cherchez plus dans le petit camion bleu...je le garde.

 

 Michel Bolla 

Le camion bleu du livre voyageur

Publié dans Nouvelle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article