le châle

Publié le par Evelyne-Claudie ROCHE

le châle

 

Le châle 

Il se souvenait de la première fois où il l’avait vue. C’était un matin d’avril. Le cerisier de la place du village promettait de belles fleurs qu’il photographierait pour mettre dans l’album. 

Elle était là, près de l’arbre, assise sur un banc, perdue dans ses rêveries. Il l’observa quelques minutes à travers le voilage de la fenêtre. Elle portait une robe légère pour la saison, mais elle avait pris la précaution de couvrir ses épaules d’un grand châle. 

Elle ne bougeait pas, statue de chair à l’ombre du cerisier. Un doux frémissement du vent lui fit rajuster le châle et croiser ses jambes. C’est là qu’il s’aperçut qu’elle n’avait pas de chaussures. 

« Que fait cette femme légèrement vêtue, assise sur ce banc depuis peut-être plusieurs heures ? Comment est-elle arrivée là ? Autant de questions qui se bousculaient dans sa tête..... 

D’un regard circulaire, il balaya la place du village. Personne à cette heure-ci, c’était le jour de la messe pascale. Quelques voitures étaient garées au bord de la rue. « Peut-être la sienne est-elle parmi elles », se dit-il. 

Pendant qu’il se noyait dans ses réflexions, il n’avait pas vu qu’elle s’était levée et avait quitté son champ de vision. 

Pris d’une soudaine panique, il sortit et courut vers la place. Personne... Seul signe de vie, les jeunes feuilles naissantes du cerisier, frémissantes au vent printanier. 

Soudain, au loin, une silhouette sur une bicyclette le statufia. C’était elle ! Elle le frôla, esquissa un sourire et laissa s’envoler son châle jusqu’à lui avant de disparaître de l’autre côté de la place. 

Evelyne-Claudie ROCHE

Publié dans Nouvelle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article