le dieu du verbe

Publié le par Adil Cheikhi

le dieu du verbe


Le ciel se dévêtit  de ses sombres guenilles

Le soleil sublime ses blanches zébrures

La terre, en pleurs d’hiver,  de son Adonis se languit

L’encre du poète est son ultime recours

Comme le dieu du  verbe  au  septième jour

Au début, le poète crée le vent et le zéphyr

Et l’oiseau naît de leur souffle sur sa plume en délire

Et la terre se fait ronde et le ciel se fait tendre

S’enroulent, se cajolent et conjurent les mois sombres.

Publié dans poesie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article